Les lagunes des Landes de Gascogne

Dernière mise à jour : 26 janvier

Les lagunes des landes de Gascogne constituaient des éléments permanents du paysage landais d’autrefois. Elles sont aujourd’hui dissimulées au regard par le rideau de pins, devenu composant majeur du paysage actuel de la Grande-Lande.
Si les lagunes étaient autrefois fréquentées par les landais qui y pratiquaient diverses activités (chasse, pêche, pâturage…), elles sont aujourd’hui des espaces préservés où la nature s’exprime librement, où la présence de l’homme se fait discrète, spectateur du concert des grenouilles et du ballet des libellules.

Au cœur de la forêt landaise se trouve de petites zones humides très originales : les lagunes. Ces dépressions naturelles humides alimentées par les eaux de pluies et la nappe phréatique n’ont rien de commun, à part le nom, avec les lagunes méditerranéennes connectées au milieu marin.
Elles sont uniquement situées dans les zones d’interfluves du massif forestier des Landes de Gascogne, formées au cours de l’histoire géologique et hydrologique récente du Bassin aquitain qui a modelé le paysage de la Grande-Lande.
Ces zones humides sont des milieux acides oligotrophes, riche en espèces animales et végétales à haute valeur patrimoniale pour le Département des Landes. Elles constituent, au cœur de la forêt, des zones témoins du niveau de la nappe et donc de la ressource en eau. Pour beaucoup de landais, les lagunes constituent un élément naturel et culturel fort, caractéristique du massif forestier des Landes de Gascogne.

Lagune avec sa ceinture de végétation. Ychoux
Crédit photographique : Valérie Guéguen - Département des Landes

  Les lagunes : héritage de la formation du Sable des Landes

Le premier recensement des lagunes date de 1979 (travaux de P. Legigan), il a dénombré plus de 4 000 lagunes réparties essentiellement en Haute-Lande et Landes girondines. Depuis, d’autres inventaires ont été réalisés, mais de par leur très discrète dispersion au cœur des Landes de Gascogne, leur localisation reste non exhaustive. L’amélioration des connaissances portée par l’ensemble des acteurs du territoire et scientifiques permet, par sa mutualisation, une actualisation régulière de l’inventaire des lagunes.
Les derniers travaux de 2022 (Thèse de Léa Bussière) présentent une synthèse de tous les travaux préalablement engagés et proposent une carte de répartition des 2432 lagunes répertoriées au sein du triangle landais.

Cette cartographie sera complétée prochainement par les différentes mises à jour de la répartition des lagunes, engagées par les acteurs du territoire (CBNSA, Département des Landes, PNRLG, PNRM….) : l’amélioration des techniques de détection et les rotations sylvicoles permettent en effet de repérer de nouveaux sites jusque-là non recensés.

  Les lagunes : un patrimoine à préserver

Ce réseau de milieux humides ouverts, disséminés dans la pinède, est un facteur fondamental de maintien d’une biodiversité spécifique.

Lagune vue du ciel. Brocas-les-Forges
Crédit photographique : spad-drone
Lagune vue du ciel. Brocas-les-Forges
Crédit photographique : Spad-drone

L’originalité de ces milieux humides est liée à leur fonctionnement hydrologique : le niveau d’eau des lagunes varie naturellement au cours de l’année, celui-ci étant dépendant de la nappe phréatique. Ce battement de la nappe permet l’expression de végétations spécifiques, disposées en ceintures caractéristiques adaptées aux conditions amphibies du milieu, ainsi qu’au caractère acide et pauvre en nutriments typique des sols sableux.

Schéma des ceintures de végétation caractéristiques des lagunes.
Crédit : Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Compte tenu de la rareté de ces systèmes, on y trouve des espèces rares et protégées comme le faux cresson de Thore qui est une espèce floristique emblématique des lagunes qui constituent un de ces principaux habitats au niveau mondial.

Faux-cresson de Thore.
Crédit photographique : Valérie Guéguen - Département des Landes
Leucorrhine à front blanc.
Crédit photographique : Fabrice Crabos - Département des Landes

Le cortège faunistique, typique des zones humides, est composé d’espèces patrimoniales pour lesquelles le Département porte une responsabilité pour leur conservation : Rainette ibérique, Leucorrhine à front blanc, (odonate dont notre région accueille la plus grande population française).

  Les lagunes : des milieux fragiles

Différentes études ont été menées afin d’évaluer la dynamique évolutive des lagunes landaises. D’une manière générale, elles montrent une évolution défavorable des lagunes sur le territoire, liée en partie à la baisse de la nappe phréatique entrainant au mieux une disparition des végétations aquatiques et amphibies, au pire à une disparition du milieu ou à des interventions directes inadaptées. Plus de la moitié d’entre-elles ont disparu au cours des 30 dernières années.
Le constat alarmant de dégradation des lagunes est partagé par tous les acteurs du triangle landais qui se mobilisent collectivement, et à différents niveaux pour préserver ce patrimoine local naturel et culturel propre au massif forestier.

Le programme départemental en faveur des lagunes des Landes

Porté dans le cadre de sa compétence Espaces Naturels Sensibles, le Département anime depuis 2011 un programme de préservation des lagunes en partenariat étroit avec les principaux acteurs du massif des Landes de Gascogne et l’Agence de l’eau Adour-Garonne.
Son objectif principal est la pérennisation des lagunes sur le territoire forestier landais. Les moyens mis en œuvre pour atteindre cet objectif reposent sur les compétences techniques et l’animation d’un réseau d’acteurs engagés ; ils accompagnent les aides financières de l’Agence de l’eau et du Département.

Le Département est l’animateur coordinateur du programme qui s’articule autour de deux axes d’intervention :
  Animation et sensibilisation des acteurs landais et valorisation de la connaissance ;
  Accompagnement technique de propriétaires dans des actions de gestion et de restauration.

Les partenaires

L’Agence de l’Eau Adour-Garonne s’est engagée aux côtés du Département en proposant un appui financier pour l’animation du programme et pour la réalisation de travaux de restauration par les propriétaires.
Le Centre Régional de la Propriété Forestière
La Chambre d’Agriculture des Landes
L’Union Landaise de Défense de la Forêt Contre les Incendies
Le Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest
Le Centre de Productivité et d’action Forestière d’Aquitaine
Le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne
L’Office National des Forêts
La Fédération départementale des Chasseurs des Landes




Les actions du Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne recense près de la moitié des lagunes du massif forestier, à la fois en Gironde et dans les Landes. Investi depuis plus de 30 ans sur l’étude et la préservation des lagunes, la charte du Parc en vigueur sur la période 2014-2029 établit comme mesure phare d’enrayer la disparition des lagunes sur son territoire en mobilisant les élus locaux, la filière bois et les habitants avec l’aide de ses partenaires.
La reconnaissance du caractère identitaire et exceptionnel des lagunes se traduit par l’accompagnement des acteurs forestiers publics et privés, notamment par la mise en œuvre depuis 2004 du programme Natura 2000 sur plus de 350 lagunes classées dont 6 sur la commune de Brocas. Natura 2000 permet de proposer des interventions financées de conservation et de restauration sur la base du volontariat et la promotion des bonnes pratiques sylvicoles à proximité des lagunes. Le Parc renforce aujourd’hui son action par un appui technique élargi aux propriétaires, communes et gestionnaires forestiers demandeurs en mobilisant ses compétences en termes d’écologie, d’urbanisme et paysage et d’accompagnement des filières économiques.

Avant les pins

Avant la généralisation de la plantation de pins maritime engagée à la fin du 19e siècle, le paysage landais était décrit comme un vaste marécage insalubre. Les lagunes constituaient des éléments clés du paysage : elles étaient tout-à-la-fois des points de ralliement des bergers qui venaient y faire abreuver leur troupeau, des zones de pêche où le brochet était communément attrapé, des zones de chasse en particulier des oiseaux d’eau en migration….
La toponymie de certaines lagunes nous rappelle ces usages du passé : lagunes du baqué ou de boué, lagune de Lespesqueyres ; lagune de cagaouilles, lagunes des oies, lagune des Abeilleys…




  Sources

 Hydrogéophysique des buttes de pergélisol et des mares de thermokarst du Québec nordique et de la Nouvelle-aquitaine. Bussière. Thèse de doctorat - Université Bordeaux Montaigne. 2022
 Programme départemental en faveur des lagunes des Landes, bilan 2011-2018.
 Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques des lagunes landaises. BRGM. 2015.
 Les lagunes de la forêt des Landes de Gascogne : un enjeu patrimonial. Plaquette 2012.
 Les lagunes des Landes de Gascogne- Inventaire cartographique. Conseil général des Landes. 2011
 Les lagunes de Haute Lande - Inventaire et diagnostic des lagunes des Landes sur le territoire du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. GEREA . 1994
 L’élaboration de la formation du sable des Landes - Legigan P. Thèse de doctorat d’Etat - Université de Bordeaux I. 1979

Voir aussi