Lieu particulier : le Bec du Gave

Dernière mise à jour : 15 juillet 2022

A la frontière entre les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, le Bec du Gave [1] est le point de confluence entre les Gaves Réunis et l’Adour.

A la confluence avec les gaves Réunis, l’Adour change d’échelle, ouvrant largement les vues. Le Bec du Gave vue depuis le digue-route sud. Sames (Pyrénées-Atlantiques)

  Une confluence ouverte

L’Adour change d’échelle à partir de la confluence avec les Gaves Réunis. En effet, les gaves (Gave de Pau et Gave d’Oloron) qui descendent des Pyrénées, drainent deux fois plus d’eau que le fleuve lui-même. A partir du Bec, l’Adour s’élargit donc considérablement prenant pleinement une ampleur fluviale en dépassant les 250 m de largeur. Cette amplitude de l’Adour, associée au paysage ouvert des prairies et des cultures de la plaine alluviale et à l’absence de ripisylve, offre une grande lisibilité à la confluence des deux cours d’eau. D’un point de vue paysager, il est peu courant de pouvoir ainsi découvrir de loin et dans son ensemble une confluence, ce site est en cela remarquable.

L’ampleur du fleuve, l’attirance magnétique de l’eau, confèrent à ce site une ambiance très particulière mêlant une certaine sérénité et l’impression de puissance dégagée par l’Adour. Bien que le site soit fortement anthropisé (lit endigué, barthes agricoles, fermes barthières, château) les forces de la nature restent bien présentes à travers l’eau et ses variations, la présence arborée et le ciel largement ouvert se reflétant dans le fleuve.

  Une géographie lisible

Il est finalement assez rare de pouvoir aussi aisément lire et comprendre la géographie d’un site dans le paysage, c’est ce qui est possible ici : les deux cours d’eau et leur confluence, les routes digues ou s’accrochent les constructions et les ports, les barthes cultivées terres de maïs, de kiwi ou de prés, les barthes arborées et les peupleraies, les coteaux boisés qui cernent l’ensemble. Sur ces terres régulièrement inondées, l’occupation du sol n’a pas eu d’autres choix que de se caler sur la géographie ce qui confère une grande cohérence au paysage.

Selon la saison, il est possible d’observer la différence de couleurs des eaux. L’Adour, ici en crue, présente une couleur brune qui contraste avec les eaux bleues des Gaves Réunis. Vue vers l’est depuis la rive de Sames (Pyrénées-Atlantiques)
Vers l’ouest, les coteaux du Gosse-Seignanx forment une barrière boisée affirmée au-dessus du Bec. Vue depuis la rive de Sames (64)

  Le Château du Bec du Gave en point focal

Le château du Bec du Gave forme un point d’appel visuel fort à la pointe du Bec du Gave. Sa façade claire ressort particulièrement devant l’écrin boisé de son parc. Sa façade principale est orientée au sud sur les gaves Réunis, tandis que sa façade sur l’Adour, vers l’ouest, est plus réduite. Au-dessous, le mur de soutènement souligne la courbe de la berge et laisse deviner la nécessité de la protection face aux crues.

Le belvédère permet une découverte du château du Bec dont la silhouette forme un point d’appel visuel fort à la pointe du Bec du Gave. Sames (Pyrénées-Atlantiques)

La pointe du Bec est occupée par une demeure depuis le XVIIe siècle. Le logis actuel datant du XIXe siècle. Sames (Pyrénées-Atlantiques)
 

 

  Des digues, voies de découverte

Si le parc du Château du Bec du Gave privatise la pointe, les routes des digues, de part et d’autre de l’Adour et en rive sud des Gaves Réunis, permettent une découverte du site. Entre l’Adour et la digue, la ripisylve entretenue offre de larges fenêtres de vue sur le fleuve et sur la confluence.

Le long de la digue sud de l’Adour, l’absence de ripisylve par endroits offre de remarquables vues sur l’Adour. Les fermes barthières accrochées à la digue confèrent une note habitée à ce paysage. Sames (Pyrénées-Atlantiques)

Le long de la digue sud des Gaves réunis, la ripisylve filtre les regards, ne laissant que de rares fenêtres de vue ouvertes vers le Bec du Gave. Sames (Pyrénées-Atlantiques)
 

 

  Un site patrimonial

Le Bec du gave est un site patrimonial sous plusieurs critères. Au titre des sites et des paysages où il constitue un site inscrit. Au titre des milieux naturels où il s’insère dans le vaste ensemble des barthes de l’Adour, reconnu et protégé pour sa remarquable biodiversité.

  Sources

 Atlas des sites classés et inscrits des Landes. Diren Aquitaine. 2009
 Atlas des paysages des Landes. CD 40. 2004
 Château du Bec du Gave

[1ou Bec des Gaves

Voir aussi