Les unités dans la bibliographie

Dernière mise à jour : 20 octobre 2021

L’étude de la bibliographie sur les Landes révèle de nombreuses cartes où sont nommées et souvent délimitées des unités territoriales. Ces cartes correspondent à des approches diverses : paysagère, environnementale, géographique, thématique (agriculture, tourisme), collectivités (pays, communautés de communes)…

  Aperçu des cartes consultées

Cartes nationales ou régionales

 

 

Carte des pays de France
Guide des Pays de France. 1999

Carte des régions naturelles de France
R. Tarrit. 2015

Carte des secteurs paysagers
Secteurs paysagers de Nouvelle-Aquitaine- 2018
 

 

Carte des unités écopaysagères
Unités écopaysagères de Nouvelle-Aquitaine- 2019

Carte des Landes de Gascogne
Larrousiney. 2007
 

 

Cartes sur les paysages et régions naturelles des Landes

Carte des unités paysagères des Landes
Atlas des paysages des Landes. 2004
Carte des Pays Landais
La maison rurale dans les Landes. 2002
Carte des pays identitaires landais
Landes 2040 - 2008
Carte des Pays landais
CAUE 40. 2020
 

 

Cartes thématiques des Landes : agriculture, tourisme, collectivités

 

Carte des petites régions naturelles
Référentiel pédologique de Nouvelle-Aquitaine - Les Landes. 2019

Carte des régions agricoles
Agreste Landes. 2002

Carte des territoires touristiques des Landes
Comité départemental du tourisme
 

 

Carte des itinéraires de randonnées par secteurs
CD40 et Landes randonnée. 2020

Carte des intercommunalités des Landes. 2018
 

 

  Recensement des limites et dénominations

Chaque carte consultée correspondant à une approche paysagère ou parfois environnementale a fait l’objet d’une reprise graphique avec une saisie des limites et des dénominations des unités. La superposition graphique de ces deux types d’information révèle une grande disparité dans les délimitations des principales unités, ainsi que dans certaines appellations. Apparaissent ainsi des consensus et des points de divergence concernant tant les délimitations que les appellations.

Recensement des limites d’unités

Recensement des noms d’unités
 

 

  Les unités et sous-unités citées dans la bibliographie

Des villes peu évoquées

Dax et Mont-de-Marsan ne sont citées comme unités paysagères que dans l’atlas des paysages de 2004. Dans les autres cartes, elles sont toujours incluses dans des unités paysagères plus vastes, le Marsan pour Mont-de-Marsan, la Chalosse pour Dax. Le cas de Dax est d’ailleurs plus délicat, la ville se situant dans la vallée de l’Adour, entre Landes forestières et Chalosse.

Les vallées absentes

Les vallées sont souvent indiquées comme repères mais ne sont pas considérées comme unité à part entière. Ainsi, la vallée de l’Adour n’apparait comme unité paysagère que dans un seul document, à savoir l’Atlas des paysages de 2004. Dans ces paysages au relief doux et où les bois cloisonnent les vues, la géographie ne s’impose pas comme première clé de lecture des paysages. L’Adour n’est cité qu’une seule fois dans le nom des intercommunalités et encore est-ce lié au nom de la ville (Aire-sur-l’Adour). La Midouze ou la Leyre ne sont jamais évoquées. Au sud, en limite du département, quelques découpages territoriaux font parfois références aux Gaves ou aux Luy.

Peu de limites nettes

La variation des limites des unités selon les différents auteurs est importante et concerne toutes les unités du département. Même la rupture entre territoires forestiers et territoires agricoles des pays de l’Adour n’est pas délimitée de façon consensuelle. Dans ce département à la topographie douce, les contrastes géographiques existent pourtant mais sont démarqués par des transitions plus ou moins larges. La vallée de l’Adour n’étant pas identifiée comme une unité en tant que telle dans les découpages territoriaux, elle sert souvent de transition, étant intégrée soit complétement, soit pour moitié, dans les unités limitrophes.

Au sud-ouest du département, des délimitations et appellations qui varient beaucoup

Cette portion de territoire ne semble pas faire consensus entre les différents auteurs. Certains évoquent des appellations d’anciens pays landais : Seignanx, Gosse, Séqué, Maremne. Ces pays sont soit présentés isolément comme unités, soit regroupés : Seignanx-Gosse, Maremne-Gosse-Seignanx… D’autres proposent des appellations plus englobantes, déconnectées des anciens pays landais : Côte sud, Bas-Adour, Paysage routier périurbain, Agglomération basque.

Ce flou sur la dénomination et les limites de ce territoire semble dû à la juxtaposition de plusieurs micro-paysages et à l’absence de dominante géographique territoriale ou paysagère.

A l’est, des appellations de pays historiques qui ne font pas toujours paysage

Les délimitations du Gabardan dans la bibliographie
Les délimitations de l’Albret dans la bibliographie
Les délimitations des Petites Landes dans la bibliographie
Les délimitations du Marsan dans la bibliographie

Le Gabardan est parfois évoqué, avec des contours variables recouvrant ou non une partie du Bas-Armagnac et donc incluant ou non la ville de Gabarret. Il est parfois raccroché aux Grandes Landes, parfois à une unité de transition (Albret) dont les limites sont très variables.

La dénomination Albret semble avoir du mal à se fixer sur un territoire particulier. Pour certains, c’est le territoire autour de Labrit, berceau de la maison d’Albret. Pour d’autres, l’Albret concerne un secteur plus large, qui déborde sur le Lot-et-Garonne où l’appellation est revendiquée pour les territoires autour de Nérac, résidence de la maison d’Albret dès le XIVe siècle. Plus généralement, ce flou territorial est la traduction de la grande variation des possessions des Albret au cours de l’histoire (Dans les Landes : Born, Marensin, Maremne, Seignanx, Gabardan, Marsan, Tursan…)

L’appellation Petites Landes apparait à l’est de la Grande Lande. Elle couvre un territoire variable avec comme limite sud soit l’Adour, soit la Midouze. Selon les auteurs, elle se confond avec le Marsan, ou s’étend plus au nord autour de Roquefort.

A l’ouest, deux logiques de délimitation des unités paysagères

L’atlas des paysages des Landes de 2004 a proposé un découpage de la bande littorale selon une stratigraphie est/ouest (littoral/ dunes boisées) en rupture avec les découpages usuels du département des Landes où sont privilégiés des unités déterminées selon une lecture Nord/sud correspondant à des pays anciens (Born, Marensin, Maremne) et à des espaces de vie traversant les différents milieux de la bande littorale. La délimitation de ces pays historiques est par ailleurs très variable selon les auteurs, notamment dans son épaisseur vers l’est.


  Les unités paysagères limitrophes

Les départements ou les régions proches des Landes sont tous couverts par des atlas de paysages. Là aussi, il est intéressant de comparer les délimitations et les dénominations utilisées. Le même travail peut être réalisé avec les cartes régionales ou nationales proposant un découpage d’unités paysagères dépassant les limites du département.

Limites et dénominations citées dans les atlas de paysages réalisés sur les départements voisins des Landes et dans les cartes régionales ou nationales

Les unités paysagères des Landes et des territoires voisins
 

 
Plusieurs unités paysagères landaises apparaissent ainsi comme une partie d’unités transfrontalières :

Les Grandes Landes
recouvrent un territoire large débordant sur la Gironde (Landes girondines, Bazadais) et le Lot-et-Garonne.

Le Bas-Armagnac
correspond à la frange ouest d’une unité essentiellement présente sur le Gers et l’extrémité sud du Lot-et-Garonne.

La vallée de l’Adour
est frontalière avec les Pyrénées Atlantiques, où elle est identifiée comme une unité paysagère à part entière. En amont, elle se prolonge dans le Gers et les Hautes Pyrénées dans l’unité de Rivière Basse.

Les vallées des Gaves
une unité dont l’essentiel est situé dans les Pyrénées Atlantiques (Béarn des Gaves) et qui se termine par un petit territoire dans les Landes, identifié comme une unité à part entière pour les uns (pays d’Orthe, Vallées des gaves) ou intégré dans une unité plus vaste (Sud Adour, Chalosse) pour d’autres.